Parc zoologique & botanique de Mulhouse

Le Zoo de Mulhouse est un lieu touristique de Mulhouse Alsace Agglomération
x

Vautour percnoptère

Les vautours sont de grands oiseaux charognards au bec puissant, au cou et à la tête nus ou presque, et aux larges ailes leur permettant de planer efficacement dans les courants d’air ascendants. Ils sont victimes d’une très mauvaise réputation, mais sont pourtant un des maillons les plus importants de la chaîne alimentaire de leur milieu.

Nom

Vautour percnoptère (Neophron percnopterus ginginianus)

Famille

Accipitridae

Origine

Eurasie et Afrique

Habitat

Habitats ouverts plutôt secs

Taille

58 à 70 cm

Poids

1,6 à 2,2 kg

Longévité

37 ans

IUCN

En danger d’extinction

Alimentation

En tant que charognards, les vautours se nourrissent de cadavres et d’animaux mourants, ce qui leur vaut parfois le nom « d’éboueurs de la nature ». En effet, sans eux, c’est toute une chaîne de consommation et d’élimination des cadavres qui ne pourrait pas fonctionner.

En France, les vautours percnoptères dépendent des vautours moines pour déchirer le cuir des animaux, souvent trop dur pour leur bec, petit et relativement fin. Ils sont obligés d’attendre que les vautours fauves et moines, plus grands, quittent la carcasse pour enfin se nourrir ou bien de leur chaparder des bribes de chair.

Reproduction

Les vautours percnoptères nichent dans les falaises et sont monogames. Ils sont coloniaux et nichent à proximité d’autres vautours de leur espèce. Les deux parents construisent le nid, couvent et s’occupent des jeunes ensemble.

Préservation de l’espèce

Les vautours ont longtemps été persécutés par les éleveurs, mécontents de les voir se nourrir sur leur bétail et les accusant de tuer les moutons et les vaches. Cette méconnaissance du régime alimentaire des vautours perdure encore parfois aujourd’hui et un grand travail d’information auprès des éleveurs doit être fait.

Ils sont également largement empoisonnés par des produits utilisés en masse dans l’élevage intensif (antibiotiques et autres médicaments), qui se retrouvent dans les carcasses et empoisonnent ceux qui s’en nourrissent.

Partagez cette page