Parc zoologique & botanique de Mulhouse

Le Zoo de Mulhouse est un lieu touristique de Mulhouse Alsace Agglomération
x

Renne

Les rennes sont les seuls cervidés dont les mâles et les femelles portent des bois. Appelés aussi caribou en Amérique du Nord (Canada), on les trouve tout autour du cercle polaire arctique, dans la toundra arctique et la forêt boréale. Leur pelage est très isolant, leur permettant de faire face à des froids extrêmes. Leurs sabots sont composés de 4 onglons très écartés, qui facilitent les déplacements dans la neige, voire occasionnellement dans l’eau.

Nom

Renne (Rangifer tarandus)

Famille

Cervidae

Origine

Nord de l’Eurasie et de l'Amérique du Nord

Habitat

Plaines et forêts

Taille

mâles de 185 à 210 cm - femelles de 170 à 195 cm

Poids

mâles de 65 à 170 kg – femelles de 55 à 110 kg

Longévité

15 ans, 22 ans en captivité

IUCN

Vulnérable

Alimentation

Herbivores ruminants, leur alimentation varie selon les saisons : herbes et feuilles variées en été, lichens et mousses en hiver. Ayant un métabolisme adapté à une nourriture pauvre en calorie, ils font l’objet d’un régime strict au zoo.

Reproduction

Comme tous les cervidés, la compétition entre mâles est très forte pour l’accès aux femelles : en octobre et novembre, les mâles se battent entre eux à l’aide des bois alors matures et le dominant aura alors le privilège de s’accoupler. Ils forment ainsi des harems de 5 à 15 femelles qu’ils doivent constamment protéger des autres prétendants. A la fin du rut, les mâles perdent leurs bois, qui repousseront l’an suivant. Les femelles, elles, les perdent plus tard. Mâles et femelles ont ainsi leurs bois matures à des périodes décalées. Les jeunes sont très précoces et suivent leur mère à peine quelques minutes après la mise bas et sont sevrés à seulement un mois et demi !

Préservation de l’espèce

Les rennes sont largement répandus tout autour de l’Arctique. Ils sont également domestiqués en Sibérie, Scandinavie et par les esquimaux. Ils ont un rôle très important dans ces cultures, fournissant chaleur, force de traction, lait, viande et peau pour les vêtements. Les indiens d’Amérique, plutôt que de les élever, les suivaient dans leurs longues migrations.

Les populations sauvages sont considérées comme vulnérables depuis 2016. En effet, les populations vivant en forêt ont fortement régressé suite au développement des routes et de l’exploitation pétrolière dans le Grand Nord. Les populations vivant dans la toundra souffrent de la concurrence avec les espèces domestiques. Enfin, toutes souffrent des changements liés au bouleversement climatique du Grand Nord.

Partagez cette page