Parc zoologique & botanique de Mulhouse

Le Zoo de Mulhouse est un lieu touristique de Mulhouse Alsace Agglomération
x

Des bébés dans la poche

Des images exceptionnelles

Nés en mars et en juillet derniers, trois petits wallabies des rochers sont en train de grandir tranquillement dans la poche de leurs mamans respectives. SI vous avez peut-être déjà vu leur frimousse dépasser de la poche de la mère, vous n’avez peut-être jamais vu d’image du petit quand il est encore dans la poche !

Suivis de près par les vétérinaires

L’équipe vétérinaire du Parc effectue un suivi régulier des poches des femelles wallabies afin de connaître précisément le nombre et l’âge des jeunes, appelés « joey ». En effet, lorsque ceux-ci pointent leur tête à l’extérieur de la poche, ils sont déjà âgés d’environ 6 mois ! Même si l’on remarque leur présence bien avant par l’arrondissement de la poche quand le petit grandit, il est impossible de connaître son âge si l’on n’assiste pas à la naissance en direct.


(Joey femelle d’environ 30 jours. L’ouverture de la poche sur son ventre est déjà apparente !)

Au chaud et nourri

La gestation des marsupiaux est en général très courte : à peine un mois pour les wallabies des rochers. À la naissance, la femelle se lèche fréquemment le ventre. Le petit joey, qui est encore un fœtus, suivra alors ce « chemin » de salive, qui le mène tout droit à l’entrée de la poche ! Là, il se trouve caché et protégé, au chaud, mais surtout nourri : en effet, la poche contient deux mamelles. Le petit en choisira une, s’y accrochera et ne la lâchera plus jusqu’à sa sortie de la poche. Une femelle met bas un seul petit à la fois, mais peut mettre bas jusqu’à deux fois dans l’année. Elle allaitera alors deux joeys d’âges différents, chacun ayant à sa tétine : le plus jeune reste dans la poche, le plus âgé, déjà grand, ne rentre plus que la tête dans la poche pour téter. Et chaque tétine délivre un lait adapté à son âge !


(Joey de moins de 10 jours)

Un suivi précieux pour la recherche scientifique

Au delà de connaître l’âge et le sexe des petits, qui sont des informations importantes pour le programme d’élevage de l’espèce, ce suivi permet également d’effectuer des prélèvements des substances présentes dans la poche de la mère. En effet, le petit étant encore au stade fœtal, comment fait-il pour survivre en dehors de l’environnement utérin ? Des analyses sont ainsi faites en partenariat avec l’université d’Édinbourg (Écosse) et pourraient aider la médecine humaine en améliorant les chances de survies des bébés grands prématurés.

Une espèce localement menacée dans la nature

Les wallabies des rochers sont classés « Quasi-menacés » par l’IUCN. Si globalement ils ne sont donc pas menacés de disparition, dans certaines régions d’Australie, leur déclin n’en est pas moins inquiétant : l’introduction par l’homme de prédateurs (renards, chats, dingos) et de compétiteurs (moutons) rend leur survie compliquée, d’autant que les terrains sont peu à peu profondément transformés par l’agriculture. Depuis l’arrivée de l’espèce à Mulhouse en 2012, le Parc zoologique et botanique coordonne le programme d’élevage (EEP) afin d’assurer une bonne survie et reproduction en zoo et soutient chaque année financièrement la Zoos South Astralia, qui œuvre pour leur protection dans la nature et a effectué la première réintroduction de wallabies dans le monde et l’un des premiers programmes de ce type en Australie. 12 wallabies furent relâchés il y a 20 ans dans le sanctuaire d’Aroona, et la population y est désormais forte et stable

Partagez cette page