Parc zoologique & botanique de Mulhouse

Le Zoo de Mulhouse est un lieu touristique de Mulhouse Alsace Agglomération
x

Comment agir à mon niveau

Préserver la biodiversité locale

En aidant les associations

La faune sauvage autochtone est aussi importante que la faune exotique. C’est pourquoi le Parc zoologique et botanique de Mulhouse collabore avec les associations alsaciennes de protection de la nature. Il participe par exemple à un élevage de grands hamsters d’Alsace, en coulisses, et de tortues cistude en association avec la Petite Camargue Alsacienne. En 2009, le Parc a signé une convention avec la Ligue pour la protection des oiseaux en Alsace (LPO Alsace) afin de contribuer à la préservation des oiseaux protégés localement. Il est également membre de longue date du réseau Ariena, qui oeuvre pour l’éducation à la nature et à l’environnement.

Le parc abrite une faune sauvage extrêmement variée, en dehors des enclos. On peut citer quelques espèces rares et protégées, dont le pic noir, le hibou grand duc, le héron cendré, etc.

LPO : préserver la biodiversité localeAriena : préserver la biodiversité locale

Protéger la forêt tropicale

En évitant l’huile de palme

L’huile de palme est une graisse végétale très utilisée en cosmétique ou dans l’alimentaire. Pourtant, elle est non seulement très mauvaise pour la santé (riche en acides gras saturés) mais également dévastatrice pour la faune et la flore tropicales : l’installation de plantations de palmiers à huile dans les pays tropicaux (notamment en Malaisie) est la première cause de déforestation dans le monde après la coupe pour l’utilisation du bois. De plus, son industrie appauvrit les populations locales, qui ne perçoivent quasiment aucun bénéfice sur cette exploitation radicale de la nature.

Protéger les animaux forestiers

En achetant du bois local

La coupe illégale du bois joue un rôle important dans la raréfaction de nombreuses espèces animales et végétales. Même en France, la majorité du bois écoulé a été coupé de manière illégale. Chaque année dans le monde, on « déforeste » illégalement l’équivalent de la surface de l’Autriche. L’équivalent d’un terrain de football disparaît en Amazonie toutes les 7 secondes.

Les bois exotiques sont très prisés pour leurs coloris attrayants et leur solidité et se vendent relativement cher, ce qui justifie leur exploitation malgré les interdictions internationales. Les contrôles sont difficiles car très peu de fournisseurs affichent clairement l’origine du bois.

C’est pourquoi il est possible de privilégier le bois d’essences locales, souvent moins cher et tout aussi solide. A défaut, il existe des bois certifiés d’origine durable (labellisés « FSC » ou « PEFC »).

Protéger les espèces rares

En luttant contre le commerce illégal

Énormément d’animaux sauvages sont vendus sans certificats. L’achat de ces animaux, capturés illégalement, entretient le braconnage, cause de disparition de nombreuses espèces. De plus, ces achats exposent l’acheteur à des amendes et à la saisie immédiate de l’animal par les autorités. De nombreux reptiles, oiseaux et mammifères font partie d’espèces protégées et doivent être accompagnés de certificats d’autorisation appelés CITES certifiant qu’ils ne proviennent pas du braconnage mais d’un élevage autorisé et contrôlé.

Lors de vos voyages, pour dénoncer un acte de braconnage sans courir de risques, utilisez l’application Wildlife Withness, disponible sur App Store et Google Play.

Partagez cette page