Parc zoologique et botanique de Mulhouse

L'entrainement médical, kézako ?

Le Parc zoologique et botanique de Mulhouse est toujours soucieux du bien-être de ses pensionnaires. Vous connaissez déjà les "enrichissements du milieu", qui sont ces aménagements et jouets apportés aux animaux afin de les empêcher de s'ennuyer dans leur enclos.

Vicks l'ours polaire jouant avec une balle

Mais connaissez-vous les entrainements médicaux ? Ces pratiques visent à instaurer une confiance entre chaque animal et ses soigneurs afin que celui-ci se laisse faire, voire participe activement lors des soins donnés !

Un propithèque couronné est entrainé à tenir un bâton et rester immobile. Pour lui, c'est un jeu avec une récompense à la clef. Pour le vétérinaire, c'est un bon moyen de lui faire une échographie, le palper, ou encore lui administrer un médicament !

Le principe de ces entrainements est simple : un signal (par exemple, un "clic", déclenché par le boitier noir à droite sur la photo) est associé à une récompense donnée à l'animal. Ensuite, chaque fois qu'il fera le comportement attendu, un "clic" est donné, puis la récompense. Ainsi, l'animal fera rapidement et facilement l'association entre sa friandise et ce qu'on lui demande. On peut y associer des mots facilement identifiables pour lui, ou encore des objets, comme ici un bâton rouge que le propithèque doit tenir pendant que le vétérinaire réalise une échographie. Cette méthode est appelée "clicker training", ou encore renforcement positif.

L'entraînement médical des otaries à crinière

L'exemple le plus connu à Mulhouse est l'entraînement médical mis en place avec les otaries. Lors de chaque repas public au zoo (tous les jours à 11h et à 15h30), une petite démonstration en est faite : les otaries ouvrent la bouche sur demande pour une inspection des dents, montent sur la balance, se laissent palper les nageoires, etc. Cette présentation n'est donc pas un spectacle, elle est bien plus importante que cela ! Une fois bien entraînées, les otaries se passent du boitier "clicker" : les félicitations du soigneur (et un poisson) suffisent. En coulisses, les otaries sont même préparées à supporter volontairement une injection par piqûre ou une prise de sang !

L'entraînement médical est également pratiqué avec d'autres espèces du zoo : que ce soit pour faciliter leur entrée dans une cage de transfert (lors des départs vers d'autres zoos), permettre la prise d'un médicament, monter sur une balance, tendre la patte pour une piqûre. Aujourd'hui, les ours polaires, les tamarins, les lémuriens et les otaries bénéficient de séances hebdomadaires et les progrès se voient régulièrement. Cela demande un fort investissement (en temps et en patience) de la part des soigneurs animaliers mais porte ses fruits ! Pour les animaux il s'agit d'un jeu avec une friandise à la clef, mais pour l'équipe animalière, c'est un excellent moyen de les soigner plus efficacement et plus facilement !